Ne jamais quitter la chambre d’enfant

Peter Pan entraînant Wendy hors de sa chambre. Peter Pan, 1953, Walt Disney.
Peter Pan entraînant Wendy hors de sa chambre. Peter Pan, 1953, Walt Disney.

Au fil de mes recherches sur les chambres de youtubeuses, un souvenir de mon enfance me revenait sans cesse : un épisode du film d’animation de Walt Disney Peter Pan, réalisé en 1953, et qui m’avait particulièrement marquée. Je revoyais M. Darling, le père de Wendy, George et Michael, vociférer en s’adressant à sa femme : « Wendy n’est plus une enfant ! Il est grand temps qu’elle ait sa propre chambre !« , puis ajouter en se tournant vers sa fille : « C’est comme ça ! Jeune fille, c’est ta dernière nuit dans la chambre d’enfant ! » (en anglais, c’est le terme « nursery » qui est employé pour désigner cette chambre où dorment les trois enfants). Ce passage par ailleurs absent du roman de James Barrie occupe une place centrale dans le dessin animé, puisqu’il constitue l’ultimatum qui motivera le départ de la fratrie pour l’Île Imaginaire en compagnie de Peter Pan.

Si rester dans la chambre d’enfant est primordial pour Wendy, c’est qu’elle est non seulement le lieu d’interminables jeux avec ses frères, mais aussi de ses rêveries et de ses projections vers l’avenir. Avenir qu’elle tente de repousser, mais auquel elle s’essaie pourtant dans cette même chambre : on la voit construire des récits sentimentaux autour de ce jeune garçon qui vient parfois la visiter la nuit, s’affairer avec un broc et une cuvette dans la nursery, prendre soin de ses frères, consoler le plus jeune.

Wendy rangeant ses jouets. Peter Pan, Walt Disney, 1953.
Wendy rangeant ses jouets. Peter Pan, 1953, Walt Disney.

Elle apparaît, même graphiquement, comme un double de sa mère, et sa chambre comme une maison en miniature (c’est d’ailleurs la seule pièce que l’on verra de tout le dessin animé). Mais elle refuse de franchir le pas et d’accomplir cette féminité en germe en se retranchant d’abord dans la nursery, puis dans l’Île Imaginaire qui lui réserve finalement de nombreuses surprises, puisqu’elle y sera propulsée au rang d’adulte : mère de substitution des enfants perdus, jeune femme confrontée à la concupiscence du capitaine Crochet. On ne peut s’empêcher, devant cet attachement à la chambre d’enfant, de songer aux multiples rôles que Michelle Perrot lui prêtait dans Histoire de chambres (Seuil, 2009, p.155) : « s’y retirer pour échapper au monde, retarder des échéances qu’elles redoutent, jouir de ce temps d’attente de la chrysalide, rêver comme Emma Bovary ou les héroïnes de Jane Austen, voire créer« .

Si mon étude des chambres de youtubeuses a été l’occasion du surgissement de tels souvenirs cinématographiques, c’est parce que j’ai peu à peu discerné le même fantasme d’enfance éternelle, d’idéal autarcique, de barrage contre l’adolescence dans les vidéos que je visionnais. Le fantasme auquel se raccroche Wendy, celui que poursuivent les jeunes héros des Enfants terribles de Cocteau, celui que les youtubeuses incarnent devant un décor immuable malgré les années qui passent.

EnjoyPhoenix devant l'étagère de sa chambre/studio. Capture d'écran 25/10/2015.
EnjoyPhoenix devant l’étagère de sa chambre/studio. Capture d’écran 25/10/2015.

La découverte la plus frappante que je fis à ce propos fut sans doute le constat que certaines youtubeuses, contrairement aux apparences, ne filment pas leurs vidéos dans leur propre chambre, mais dans une chambre de leur appartement aménagée spécialement à cette fin. Un studio, en somme. Cette transition d’une véritable chambre (les premières années de production) à une « fausse », imperceptible dans les vidéos DIY, est révélée dans un type de vidéos très populaires, les « Room Tour » qui proposent une visite de la chambre de la youtubeuse. Des youtubeuses comme Enjoy Phoenix et Jenesuispasjolie ont profité récemment de ces room tours pour signaler qu’il ne s’agissait pas de leur « vraie » chambre. Cette précision ne prend pas place dans la vidéo même, mais dans ses espaces périphériques : dans la barre d »informations pour EnjoyPhoenix :

Enjoy room tour

Et en réponse à un commentaire pour Jenesuispasjolie :

JNSPJ room tour

On remarque la formulation de Jenesuispasjolie, qui explicite le terme « ma chambre » en indiquant que c’est l’endroit où elle dort. De son côté, EnjoyPhoenix définit la pièce où elle filme comme une pièce de travail, en opposition avec l’endroit de détente et de sommeil que ses abonnés les plus fidèles connaissent bien (puisqu’elle s’y filme occasionnellement dans ses vlogs). Ce n’est donc pas un secret que ces youtubeuses ont une pièce prévue pour se filmer, bien distincte de la chambre où elles se mettaient en scène quand elles ont commencé. Mais c’est un fait dont on ne peut avoir connaissance que par le biais d’autres vidéos que les tutoriels Do It Yourself eux-mêmes, qui ont pourtant pour enjeu la majeure partie du temps d’embellir cette fameuse chambre. Les vidéos DIY apparaissent donc une fois de plus comme le lieu où les youtubeuses tentent d’abolir les nombreuses années qui les séparent de leur plus jeune public, afin de demeurer avec elles dans une nouvelle Île Imaginaire – doublement fictive.

 

 


4 réponses sur “Ne jamais quitter la chambre d’enfant”

  1. Merci pour cet article!
    C’est amusant ce rapprochement entre les chambres des youtubeuses et celle de Wendy. D’ailleurs, je ne sais si cela peut vous être utile, mais dans la littérature enfantine et particulièrement celle destinée aux petites filles, la fenêtre est primordiale, elle est très souvent illustrée pour montrer comme une sorte de rempart contre le monde extérieur et paradoxalement comme obstacle à celui-ci. L’exemple le plus probant et le plus connu est Martine petite maman, qui rejoint ce que vous dites.

    1. Merci beaucoup pour votre commentaire, et pour le rapprochement avec Martine ; effectivement, je ne connaissais pas cet album dans lequel Martine « doit remplacer » sa maman… Très édifiant, et tout à fait dans mes thématiques, je m’en resservirai !

  2. Bonjour,
    Est-ce que le passage de la chambre au « studio », la professionalisation des youtubeuses, s’accompagne également d’un changement dans la forme, des videos plus professionnelles, et dans le fond ?

    1. Bonjour, et merci de votre commentaire. Le passage de la chambre au studio, et donc schématiquement de l’amateurisme au professionnalisme, coïncide en effet en général avec une meilleure qualité formelle des vidéos. D’après mes premières conclusions, cela tiendrait autant à la hausse de revenus de ces youtubeuses qui leur permet d’investir dans un matériel de qualité, délaissant le smartphone au profit d’une caméra, qu’à une meilleure maîtrise des outils techniques dont elles disposent, notamment au niveau du montage. En ce qui concerne le fond, je me risquerais à dire qu’à ce stade de mes recherches je ne vois pas de réel changement. Je pense que la qualité formelle des vidéos augmente beaucoup plus rapidement que par exemple, la qualité et la complexité des bricolages proposés. Comme le décor immuable de la chambre, cette permanence dans le contenu contribue à l’établissement d’un univers dont les abonnées possèdent les clés et maîtrisent les codes, un univers rassurant en somme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *