« Tu es trop belle » : quand le sujet éclipse l’objet.

Vidéo DIY Back To School par So Andy. Capture d'écran 21/11/2015
Vidéo DIY Back To School par So Andy. Capture d’écran 21/11/2015

Les commentaires enthousiastes se bousculent sous la vidéo, déroulant à l’infini des compliments dithyrambiques ponctués d’émoticônes mimant des baisers, parsemés de fleurs et de cœurs. Beaucoup d’entre eux saluent l’originalité et la qualité technique de la production (qu’il s’agisse de la vidéo elle-même ou de l’objet qui y est produit). Mais rapidement, on voit se glisser parmi eux des commentaires qui occultent la production de la YouTubeuse, au profit de son physique…

AW - BTS 22 AW - BTS 21 SA - BTS 15 SA - BTS 3

De l’objet de la vidéo, la conversation glisse ainsi rapidement sur le physique même de la YouTubeuse : le fait qu’elle soit particulièrement en beauté sur cette vidéo, la façon dont elle est habillée et maquillée, les changements intervenus depuis la dernière vidéo (perte de poids, nouvelle coiffure, signes extérieurs de fatigue). Une manifestation de plus de la douce familiarité avec la YouTubeuse, tutoyée, plaisantée, interpellée comme une amie qu’on complimenterait pour sa bonne mine ou son nouveau tee-shirt. Une conversation s’engage parfois ; la vidéaste répond, ou bien d’autres usagères viennent approuver ou contredire la remarque, recréant ainsi cette ambiance de boudoir aux dialogues ininterrompus.

Ces échanges la plupart du temps enjoués et bienveillants démontrent une fois de plus la porosité des frontières dans les chaînes de YouTubeuses. Il ne viendrait à l’idée de personne de venir interpeller Cyprien à propos de son activité gaming sur sa chaîne d’humour ; il a lui-même signalé par cette séparation des deux chaînes sa volonté de dissocier clairement ces deux activités. Au-delà de cet exemple canonique et d’autant plus efficace, c’est d’ailleurs le cas de beaucoup de YouTubeurs. Au contraire, les YouTubeuses cumulent souvent plusieurs casquettes : beauté, lifestyle, mode, DIY, dans une proximité qu’elles cultivent comme autant de facettes d’une même identité féminine.

Échantillon aléatoire des vidéos de Jenesuispasjolie, YouTubeuse beauté/mode/lifestyle.
Échantillon aléatoire des vidéos de Jenesuispasjolie, YouTubeuse beauté/mode/lifestyle. Capture d’écran du 21/11/2015.

Elles favorisent également ce glissement d’un champ à l’autre, d’une « rubrique » à sa voisine, par la mise en scène d’elles-mêmes qu’elles opèrent dans leurs vidéos. Dans l’absolu, une vidéo DIY ne nécessite pas de montrer autre chose que ses mains (qui, souvent impeccablement manucurées, en disent déjà beaucoup). Quelques (très rares) YouTubeuses font d’ailleurs le choix de ne pas se montrer dans leurs vidéos Do It Yourself, notamment ThaeDIY (notons d’ailleurs que ce choix s’observe surtout chez les YouTubeuses qui font seulement des DIY, et non des vidéos beauté). Mais la plupart des vidéastes y observent un rituel immuable : une introduction « physique » à la vidéo, où la jeune fille se montre avec un plan poitrine similaire à celui employé dans ses vidéos beauté / conseils, puis une vidéo dans la vidéo, qui constitue le tutoriel proprement dit, puis enfin une conclusion qui montre la YouTubeuse soit de nouveau en plan poitrine, soit au milieu de ses créations. Certaines YouTubeuses vont même jusqu’à se mettre en scène au cours de la vidéo, lors de la présentation du matériel notamment.

amandyne
Vidéo DIY spéciale Automne, par Amandyne’s World. Capture d’écran, 21/11/2015

Cette omniprésence du corps, là même où il n’est pas nécessaire (contrairement à ce qui est le cas dans une vidéo maquillage par exemple), me semble résumer de nombreuses problématiques inhérentes à mon sujet. L’apparition de la YouTubeuse dans certaines circonstances, toujours identiques, apparaît ainsi comme l’élément fédérateur au sein de chaînes qui jonglent avec de multiples thématiques. Elle participe de la construction d’un univers familier, au même titre que son décor immuable. Le corps même des vidéastes permet de ne pas interrompre, ne serait-ce que le temps d’une vidéo, la narration qu’elles élaborent patiemment au fil des jours, et qui les voit certes connaître quelques variations anodines et familières, comme une nouvelle coupe de cheveux, mais témoigne constamment d’une irréductible unité du sujet.

Ce sujet éclipse de manière troublante le cœur même de la vidéo, l’objet élaboré, qui apparaît soudain comme un prétexte permettant le mouvement d’un corps familier, rassurant et souriant. Un prétexte à maintenir le lien, un prétexte pour retrouver la « grande soeur » qui vient constituer une ponctuation régulière et ronronnante dans notre propre fil narratif.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *