« Faire la jeune fille », de la couturière de village à la YouTubeuse DIY

Séverine Jenny et sa jeune co-YouTubeuse d'un jour, Chloé. Vidéo Back to school 2015 - fournitures scolaires, capture d'écran.
Séverine Jenny et sa jeune co-YouTubeuse d’un jour, Chloé. Vidéo Back to School 2015 – fournitures scolaires, capture d’écran.

La semaine dernière, je m’interrogeais sur la présence sous les vidéos DIY de commentaires de spectatrices évoquant l’apparence de la YouTubeuse et non le bricolage qui leur était proposé. Aujourd’hui, je voudrais m’attacher à un autre glissement de registre fréquemment observé dans les commentaires de ces mêmes vidéos, l’appel à l’aide à la YouTubeuse.

En témoignent les commentaires réclamant des conseils (courants dans les vidéos Back to School)…AW - FALL 25NMT - BTS 7Ceux qui manifestent une peur quelconque appelant une réponse rassurante :

SA - BTS 8

Ceux qui remercient la YouTubeuse pour son influence positive :EP - ORG 1Ou encore ceux qui plaisantent sur le rôle pédagogique de la YouTubeuse :CS - BTS 17Une fois de plus, le DIY apparaît comme un prétexte, un contexte favorable à l’échange, aux confidences, aux aveux. En vérité, ce ne sont pas les YouTubeuses qui ont transformé l’atelier en boudoir ; le boudoir est par essence un atelier. J’ai déjà eu l’occasion d’insister sur le rôle de laboratoire du genre joué par la chambre, à la fois décor, sujet et actrice des vidéos DIY ; mais elle assume cette fonction non seulement en tant que lieu de vie, mais également en tant qu’espace de création.

Les travaux manuels sont en effet l’occasion de créer un objet, mais celui-ci peut n’être qu’un prétexte à la création de liens sociaux et à la transmission de savoirs, de conseils et de mises en garde qui transcendent largement l’apprentissage d’un savoir-faire technique. Dans son excellent ouvrage Façons de dire, façons de faire (Gallimard, 1979), Yvonne Verdier en rend compte avec justesse à travers l’un des trois portraits de femmes qu’elle brosse au fil de son enquête à Minot, petit village de Côte-d’Or dans les années 1970. Elle y rencontre une couturière, Émilienne, dont l’atelier accueillait chaque hiver dans l’entre-deux-guerres quatre ou cinq jeunes filles venues en formation. Celles-ci ne se destinaient pas à ce métier, et venaient simplement apprendre quelques gestes de base leur permettant de tenir leur futur foyer.

La Leçon de Tricot, J.-F. Millet, 1869. Huile sur toile citée par Yvonne Verdier dans Façons de dire, façons de faire, Gallimard, 1979.
La Leçon de Tricot, J.-F. Millet, 1869. Huile sur toile citée par Yvonne Verdier dans Façons de dire, façons de faire, Gallimard, 1979.

Elles arrivaient à l’atelier, où elles étaient logées pour quelques mois, au moment de la fête de la Sainte Catherine qui marquait leur passage au statut de jeune fille. Cet hiver marquait pour elles un moment transitoire de relative liberté, entre une enfance passée aux champs à surveiller les bêtes et une rude vie de jeune femme à la tête d’un foyer. C’était l’occasion de « faire la jeune fille », selon le terme consacré : les premiers bals s’enchaînaient, synonymes des premiers flirts, et la couturière prodiguait des conseils précieux et savamment dosés pour initier les jeunes filles à leur vie future, que ce soit sur le plan pratique, sentimental ou sexuel. Les anciennes élèves qu’interroge Yvonne Verdier témoignent d’ailleurs du peu de savoir acquis en matière de couture cet hiver-là ; mais toutes s’accordent à reconnaître la valeur initiatique de ces moments passés entre les murs de l’atelier.

La YouTubeuse DIY s’inscrit ainsi dans une longue tradition de dialogue intime permis par les travaux manuels dans un espace clos ; malgré la virtualisation de ces échanges, et donc leur élargissement, les dynamiques restent les mêmes car chaque usagère entretient un rapport singulier et exclusif à « leur » YouTubeuse. Mais contrairement à la couturière de village dépeinte par Yvonne Verdier qui insiste sur la figure de « tante-marraine » pourvoyeuse de conseils et initiatrice, la YouTubeuse s’arroge plus volontiers le statut de grande sœur attentive. Dans ce contexte, « faire la jeune fille » sur YouTube, c’est autant accéder au statut de jeune fille et aux nouvelles opportunités qu’il offre que mimer une jeune fille modèle pour les spectatrices en répondant à de nombreux codes genrés ; et par la transmission de ces codes dans leurs vidéos, « faire des jeunes filles », les fabriquer, les façonner. Boudoir, atelier, théâtre, laboratoire, fabrique : la chambre de la YouTubeuse est décidément un espace complexe de construction identitaire dont les problématiques sont loin de se résumer au repli régressif que les médias mettent si volontiers en exergue.

 


Une pensée sur “« Faire la jeune fille », de la couturière de village à la YouTubeuse DIY”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *