YouTubeuses DIY, de l’auto-dérision à l’auto-dénigrement.

 

asia crea - excuse
Asia Crea dans l’introduction de sa vidéo 4 DIY : Customisation et Décoration. Capture d’écran, 30/01/2016.

« C’est la première fois que je fais plusieurs DIY dans une vidéo, du coup j’espère que ça va vous plaire. J’ai eu quelques difficultés à faire le montage donc j’espère que le résultat est potable et que ça va vous plaire. Dites-moi en commentaire ce qu’il faudrait que j’améliore, si le son… Je sais que le son n’est pas assez fort, je ne sais pas pourquoi, je suis vraiment désolée, il faudrait… il faut que je vous trouve vraiment quelque chose pour que vous entendiez mieux, j’en suis consciente, ne vous inquiétez pas. N’hésitez pas à me dire en commentaire si ce genre de vidéos vous plaît. Donc la vidéo dure assez longtemps, donc je vais éviter de trop parler. j’espère qu’elle va vous plaire et que j’aurais bien expliqué, etc« . Dès l’introduction de sa vidéo 4 DIY : Customisation et décoration !, la YouTubeuse Asia Crea se lance dans une série d’excuses pour justifier ce qu’elle conçoit comme des points faibles de la vidéo qui s’apprête à être livrée aux yeux de son public. Celle-ci est ainsi d’emblée marquée du sceau de l’échec, dans un discours où l’hésitation et l’anxiété sont de mise, d’autant plus qu’au cours de cette logorrhée vient soudain se superposer à l’image une inscription rajoutée au montage pour rectifier une prétendue erreur de prononciation.

Cette attitude étrangement commune à bon nombre de YouTubeuses quant à la qualité formelle de leurs vidéos s’étend également aux objets produits dans les vidéos. Nombreuses sont celles qui signalent en voix off une erreur dans le processus de réalisation qui n’est pas visible à l’écran et serait passée totalement inaperçue aux spectatrices. L’inquiétude des jeunes vidéastes, souvent exprimée sur le ton de l’auto-dérision, a ainsi trois objets principaux : la maîtrise technique de l’outil vidéo, la valeur pédagogique du tutoriel, et la parfaite réalisation de l’objet exposé.

miss creatives - porte boucles d'oreilles
MissCreatives dans sa vidéo DIY – Porte Boucles d’oreilles : surimpression d’un message dans lequel elle tourne en dérision son usage à l’oral du terme « feuille de papier », pourtant non fautif. Capture d’écran, 03/02/2016.

Cette humilité quasi-systématique me semble relever d’un véritable auto-dénigrement de ces créatrices, pour reprendre le terme employé par Bourdieu dans La Domination masculine (Seuil, 1998). Celui-ci y oppose le discours décidé de l’homme et le langage incertain de la femme dans l’espace public. Dans notre cas, des YouTubeuses qui se sont exposées et imposées dans l’espace public que constitue YouTube, jusqu’à dépasser parfois le million d’abonné(e)s, continuent cependant de remettre en cause la qualité de leur travail, témoignant de l’intégration de principes dont la domination masculine est à la fois le terreau et le résultat.

Elles semblent ainsi nuire à la mise en place d’un ethos d’orateur leur apportant crédibilité et légitimité, particulièrement nécessaire dans un média souffrant encore d’un certain mépris de la part des médias traditionnels. Pour autant, ces failles (réelles ou imaginaires) sans cesse soulignées peuvent aussi participer du rapprochement avec le public qui a ainsi la possibilité de plus facilement se projeter dans la figure de la YouTubeuse et établir une complicité avec elle. En effet, il suffit de se pencher sur les commentaires des vidéos DIY pour constater qu’un discours similaire se retrouve chez les spectatrices, là aussi souvent sur le ton de la plaisanterie (signalé par l’ajout d’un « lol » ou d’un « mdr ») :

CS - BTS 36 CS - BTS 38

On est loin ici des commentaires accompagnant par exemple les vidéos de gaming de leurs confrères masculins, où l’idée est plutôt de partager son propre savoir, de proposer des solutions alternatives pour terminer le jeu ou de mettre en avant le niveau de maîtrise atteint. Dans ce type de contenu, l’échec même est un échec d’initié et un échec partagé : ainsi en est-il d’un passage difficile d’un jeu sur lequel tout le monde s’est cassé les dents, et qui devient prétexte à des plaisanteries sans fin dans les fils de commentaires. Dans notre cas, il s’agit au contraire de jeunes filles qui mettent en avant leurs difficultés en en faisant un problème singulier (maladresse, manque de créativité, étourderie, etc.). L’énonciation même de ces imperfections devient ainsi le seul lien entre elles, les commentaires étant souvent isolés et ne proposant aucune solution aux différents obstacles (présumés ou réels) rencontrés tant par la YouTubeuse que par les autres spectatrices se manifestant. Au cours de mes recherches, un seul commentaire m’a semblé dénoter dans ce contexte généralisé d’auto-dénigrement :

CS - BTS 51

Comme annoncé d’emblée, il s’agit d’un commentaire laissé par un garçon, et intéressant ne serait-ce qu’à ce titre comme très rare témoignage de réalisation masculine de DIY (même si en l’occurence celle-ci est justifiée par l’existence d’une figure féminine, une petite soeur). L’intervention porte principalement sur le montage de la vidéo, avec la question du fond vert, dont l’usage est suffisamment rare chez les YouTubeuses DIY pour être souligné ; mais le jeune homme pointe du doigt un problème technique, auquel il apportera une solution (d’ailleurs très « do it yourself !) dans la suite de la conversation. Au cours de celle-ci, les YouTubeuses Caroline & Safia, à l’origine de la vidéo en question, répondent à l’adolescent et justifient l’imperfection de leur montage.

Outre que se trouve ici confirmé le manque d’assurance des YouTubeuses en général, il est également révélateur que le seul commentaire faisant montre d’une force d’affirmation et d’une expertise (quelle que soit la valeur de celle-ci) soit le fait d’un garçon. Termes techniques (« chroma key »), qualificatif mélioratif (« roi de la débrouille »), solution apportée (bien que non sollicitée), son intervention contraste ainsi fortement avec le discours des YouTubeuses marqué par une modestie appuyée et une réserve quant à la démonstration du savoir-faire.

Le tutoriel DIY semble donc être le genre privilégié de l’auto-dénigrement, plus que tout autre type de vidéos réalisé par les mêmes YouTubeuses. Là où elles se targuent d’une certaine maîtrise dans le domaine du maquillage et de la mode, elles sont en revanche plus hésitantes dans l’exercice somme toute très technique du tutoriel DIY, qui a la particularité de consister en une double production. Il nécessite en effet à la fois de créer un objet, donc de bricoler, et de produire un outil pédagogique rendant compte de tout ce processus de création. On pressent alors la nature hybride du DIY, sur laquelle nous reviendrons dans un futur article : il s’agit d’une activité à mi-chemin entre le bricolage et le loisir créatif, qui aboutit à la création d’un objet exogène au corps, ce qui n’est pas le cas du maquillage ou des conseils mode. Ces derniers impliquent en effet une transformation dans l’apparence du corps même, et sont couramment considérés comme les domaines réservés de la femme. On ne trouve pas sous les tutoriels maquillage (qui n’appartiennent pas à la sphère DIY à proprement parler) de commentaires de jeunes filles se plaignant de ne pas savoir se maquiller, et pas une seule YouTubeuse mode n’avoue être incapable d’accorder deux vêtements. Le geste créateur apparaît donc comme une activité porteuse de trouble pour ces jeunes filles, dont le discours traduit bien le sentiment de malaise. Femmes et amateures, ou amateures parce que femmes, elles semblent se vivre comme illégitimes dans la sphère Internet dès lors qu’elles quittent les sentiers battus de la mise en valeur de soi pour s’attaquer à des défis plus techniques.


4 réflexions au sujet de « YouTubeuses DIY, de l’auto-dérision à l’auto-dénigrement. »

  1. Je me demande dans quelle mesure c’est une pratique ado répandue, même en dehors des sujets « techniques » et de youtube… j’ai l’impression que les ado se font beaucoup la police mettent beaucoup la pression sur les filles adolescentes pour ne pas qu’elle prennent trop confiance en elles. Avec beaucoup de rappel à l’ordre sur celles qui oseraient avoir l’air affirmées: « tu te la pète » et une forme de consensus: les filles ne doivent pas trop revendiquer leurs qualités.

    Du coup, les youtubeuses reproduisent ce comportement de la vie de tous les jours, peut-être pour éviter de s’aliéner leur auditoire.

  2. Bonjour Béatrice, très intéressant ! est-ce qu’on ne pourrait pas voir également cet auto-dénigrement comme l’incorporation du stéréotype selon lequel les femmes et la technique ne font pas bon ménage…? c’est d’ailleurs une piste vraiment intéressant à creuser. Je suis en train de travailler sur l’arrivée de l’électroménager dans Marie-Claire dans les années 1950 et je me rends compte que bien que les nouvelles technologies de ces nouveaux objets soient vantées, le discours qui accompagne la promotion de ces produits, insiste sur la simplicité d’utilisation. Je me demande d’ailleurs si le discours Kodak de la fin du XIX (même une femme peut y arriver) ne participe pas à créer ce discours… A creuser donc !

    1. Merci Alexie ! En effet, c’est un point que je pressens aussi et que je voudrais aborder dans un prochain billet qui s’attarderait précisément sur la récurrence des adjectifs « simple » et « facile » dans le discours des YouTubeuses, exactement comme dans ton exemple des discours publicitaires pour l’électroménager… Mais je suis encore à la recherche de sources bibliographiques traitant des rapports entre la technique et les femmes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *