La chambre comme laboratoire du genre

Visages souriants, bras grands ouverts, les youtubeuses DIY nous convient dans leur chambre, ce « jardin clos peuplé de rêves » (1), selon la belle expression de Michel de Certeau. Si certaines ne laissent voir que leurs mains au cours des tutoriels, la majorité d’entre elles se mettent elles-mêmes en scène dans l’introduction de leurs vidéos, permettant à leurs spectatrices régulières de retrouver un décor familier. Sur les murs, les Do It Yourself trônent en évidence, rappelant à la fois la thématique de la vidéo et ce que chaque youtubeuse revendique comme l’expression de sa propre singularité.

En effet, on connaît l’importance que revêt pour les adolescentes la possession d’un espace personnel (2), de la « chambre à soi » prônée par Virginia Woolf.  permettant de mettre en scène une narrativisation de leur propre histoire, à travers l’exposition de multiples objets révélateurs d’une identité singulière. Dans le cas des youtubeuses, il s’agit même d’une surexposition, puisque la chambre n’est plus seulement offerte à la vue des proches mais de milliers de spectatrices potentielles.

A la vue de ces dizaines de chambres de jeunes femmes, on est frappés par un phénomène déjà souligné par Catherine Monnot (3), lorsqu’elle relève que les chambres d’adolescentes finissent souvent par se ressembler, alors même que chacune tente d’exprimer une certaine singularité.

Pourtant, chaque youtubeuse justifie les choix esthétiques qu’elle adopte dans ses DIY  par une affaire de goûts personnels, tout naturellement, goûts que ses plus fidèles spectatrices connaissent bien. Dans sa vidéo « Déco chambre » du 21 février 2015, Barbara F évoque ainsi sa passion pour la couleur argentée : « Vous me connaissez, j’ai encore choisi de l’argenté… Je ne peux pas m’en empêcher, j’adore ça, je crois que toute ma maison est argentée ou dans les tons blancs-argentés« . Un propos qui fait écho à celui de Sananas, qui confie également dans un DIY « Décos faciles à poser sur un meuble » : « J’ai choisi du vieux rose, parce que j’adore le vieux rose, le gris, le blanc, l’argenté, j’adore ça« . De son côté, Amivi Makeup commente avec satisfaction son DIY « Présentoir à gâteaux » en ces termes : « Très girly, avec ces couleurs rose pastel et le blanc, je trouve ça ravissant« . De même, nombreuses sont les youtubeuses à invoquer une passion pour certains motifs comme le coeur et la fleur. En revendiquant ce type de goûts, elles créent ainsi une double connivence avec leur public : d’abord en instaurant une complicité avec leurs plus proches abonnées qui sont heureuses de connaître leur univers, et ensuite en affichant des penchants dans lesquels la plupart des spectatrices pourront se reconnaître. 

En effet, on ne peut que constater à quel point cet ensemble de choix esthétiques (le rose, l’argenté, les coeurs, les fleurs) est celui traditionnellement associé à l’univers féminin. On renoue ainsi avec la chambre de la demoiselle telle qu’elle est apparue dès la fin du XVIIIe siècle (4), cette chambre « ni belle, ni moche, simplement un peu godiche, dans ses gris, ses roses et ses fleurettes » (5). Elle est l’occasion de confirmer aux yeux de tous que l’on appartient au « bon genre » en accompagnant la jeune fille tout au long de son évolution vers l’âge adulte et ses futures responsabilités de femme. Les vidéos DIY relèvent donc d’une dimension symbolique de l’activité de mise en valeur du foyer, investie alors de la « plus-value affective et morale » qu’elle a prise au XIXe siècle (6).

(1) De Certeau Michel, Giard Luce, Mayol Pierre, L’Invention du quotidien. 2- Habiter, cuisiner, Paris, Gallimard, Folios Essais, 1994 (retour au texte)

(2) Glevarec Hervé, La Culture de la chambre. Préadolescence et culture contemporaine dans l’espace familial, La Documentation française, 2009 (retour au texte)

(3) Monnot Catherine, Petites filles d’aujourd’hui : l’apprentissage de la féminité, Paris, Autrement, 2005 (retour au texte)

(4) Perrot Michelle, Histoire de chambres, Seuil, la librairie du XXIe siècle. 2009

(5) Chaix Marie, L’Âge du tendre, Seuil, 1979 (retour au texte)

(6) Le Thomas Claire, Travaux manuels domestiques et pratiques ordinaires de création : dépasser les différences de genre par l’expression artistique ? In : Genre et techniques XIXe-XXIe siècle, sous la direction de Fabien Knittel et Pascal Raggi, PUF, 2013, pp. 239 – 252 (retour au texte)

 

 


Une réflexion au sujet de « La chambre comme laboratoire du genre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *