Le public surprise des YouTubeuses DIY

Photo du meet-up de Miss Creatives au Printemps du DIY, 7 mai 2016. Cliché Béatrice Guillier.
Meet-up de Miss Creatives au Printemps du DIY, 7 mai 2016. Cliché Béatrice Guillier.

Masculin Singulier, étoile montante de YouTube parodiant (ou pas) les YouTubeuses beauté, s’est rapidement distingué par sa malicieuse entrée en matière, devenue incontournable dans ses vidéos. Face caméra, il apostrophe joyeusement son public d’un « Salut les filles… » immédiatement suivi d’une moue ennuyée et d’un hésitant « … et les… garçons ». Il souligne ainsi en quelques mots un problème qui m’est rapidement apparu au cours de mes recherches YouTubesques : le décalage entre l’audience apparemment souhaitée par les vidéastes et le public qui les regarde réellement.

Le DIY, une affaire de petites filles ?

Si le ton lassé de Masculin Singulier laisse entendre que les YouTubeuses sont conscientes du problème et ne mentionnent un public masculin que par convention voire hypocrisie, j’en suis venue à me demander si le DIY n’est pas un genre qui implique en soi une audience particulière, caractérisée par une forte prédominance de très jeunes filles.

Bien entendu, l’âge moyen et le genre des spectateurs des tutoriels DIY reste impossible à déterminer. Seules les YouTubeuses elles-mêmes ont accès à leurs statistiques, et celles-ci sont biaisées par le fait qu’une partie des spectateurs ne regardent pas les vidéos depuis leur propre compte ou mentent sur leur âge en s’inscrivant sur YouTube – l’âge minimum légal en France pour s’y inscrire est de 13 ans, et certains adolescents prétendent même avoir plus de 18 ans pour avoir accès à tout le contenu de la plateforme. Cependant, en me fondant sur les commentaires des vidéos, j’ai pu me rendre compte que l’audience qui s’exprimait semblait être en fin d’école primaire ou en début de collège.

Ma visite au meet-up de la YouTubeuse Miss Creatives au Printemps du DIY début mai a confirmé mes intuitions. Cette vidéaste occupe une place à part dans mon corpus, puisqu’elle est l’une des seules à réaliser exclusivement des tutoriels Do It Yourself. Elle n’est pas YouTubeuse mode, ni beauté. Or, la jeune fille, âgée de 18 ans, s’est trouvée confrontée à un public quasi-exclusivement féminin et qui m’a paru avoir approximativement entre 10 et 13 ans. Les deux seuls garçons présents, du même âge, ont donné de nombreux signes de leur gêne voire de leur malaise à être vus dans ce contexte, d’autant plus que tout l’événement était largement photographié et filmé par les passants et les accompagnateurs des YouTubeuses présentes.

Photo du meet-up de Miss Creatives au Printemps du DIY, 7 mai 2016. Cliché Béatrice Guillier.
Meet-up de Miss Creatives au Printemps du DIY, 7 mai 2016. Cliché Béatrice Guillier.

Plaire à tous

Le pari des YouTubeuses paraît pourtant être de toucher le plus grand nombre. Si Caroline et Safia ou Marie Chichi signalent d’emblée une restriction de leur audience souhaitée par l’apostrophe « Hello les filles ! » en début de vidéo, la plupart des YouTubeuses que j’étudie opte pour des formules plus englobantes telles que « Hello tout le monde » ou « Salut tout le monde ! ». Elles font d’ailleurs volontiers référence à leur petite part de public masculin (estimée à 5 à 10% pour EnjoyPhoenix) en leur proposant par exemple des alternatives s’ils souhaitent réaliser eux aussi leurs DIY : « Vous n’êtes même pas obligés de les décorer si vous êtes un garçon par exemple et que vous avez envie de quelque chose de très brut », signale ainsi EnjoyPhoenix à propos du range-écouteurs qu’elle est en train de réaliser. Si cet énoncé est en soi problématique du fait de la séparation nette qu’il instaure entre les genres en leur attribuant des goûts différents en matière de décoration, il montre néanmoins que la YouTubeuse exprime un intérêt (feint ou non) pour son auditoire masculin. Cette même volonté de réaliser des vidéos intéressantes pour tous se retrouve lorsqu’il s’agit de toucher différentes tranches d’âge. Des alternatives sont alors régulièrement proposées selon sa situation d’élève, d’étudiant ou de travailleur. Amandyne’s World, s’attaquant au genre pourtant particulièrement ciblé du Back to School, précise ainsi en introduction de sa vidéo : « Qu’on reprenne le travail ou qu’on reprenne l’école, c’est vrai que septembre est souvent synonyme de rentrée. Pour certains c’est un peu avant, et pour d’autres c’est un petit peu après, mais on doit tous y passer, donc je me suis quand même débrouillée pour que ces DIY puissent convenir à tout le monde ».

L’audience suggérée

Cependant, malgré ce souhait exprimé des YouTubeuses d’attirer un public large, le genre même du DIY implique par essence un certain type d’audience. En tant que loisir relevant des pratiques artistiques amateurs, et plus particulièrement des arts plastiques, le DIY apparaît comme une activité à dominante féminine [1]. De plus, parmi les enfants et préadolescents, les arts plastiques sont fortement associés à l’enseignement primaire, où ils font partie du tronc commun, et donc davantage pratiqués en CP-CE1 [2]. Les YouTubeuses elles-mêmes se heurtent régulièrement à ce paradoxe entre leur audience souhaitée et l’audience qu’elles sont conscientes d’attirer par la nature même de l’exercice. En dehors des introductions de leurs vidéos, où elles se veulent englobantes, leurs propos trahissent régulièrement ce décalage. Les mises en garde concernant la dangerosité potentielle du bricolage et des outils utilisés sont légion. « Faites juste attention à ne pas laisser la bougie sans surveillance » recommande Amandyne’s World.  Marie Chichi met également en garde : « Vous faites bien attention à vos doigts, si vous êtes pas sûres de vous, demandez de l’aide ! ».

Ces recommandations sont rarement présentées explicitement comme concernant seulement une partie de l’audience, mais plutôt comme des impératifs s’adressant à son ensemble, qui apparaît ainsi infantilisée. La référence aux parents est d’ailleurs courante, et c’est en premier lieu la figure paternelle qui est invoquée. Quand il s’agit de planter des clous, Jenesuispasjolie conseille ainsi : « Vous pouvez demander à votre parent, à un papa, à un… à une maman, si jamais vous n’y arrivez pas ». 

Je place là la grande différence entre les tutoriels beauté et les tutoriels DIY : alors que les uns aident à passer de l’autre côté du miroir, les autres aident à ne jamais quitter la chambre d’enfant. Ne pouvant encore se maquiller ou s’acheter certains vêtements, les très jeunes filles attendent patiemment de faire la jeune fille en réalisant des bricolages à l’allure bien innocente, avec la bénédiction voire l’aide des parents ou des frères et sœurs plus âgés. Dans un contexte qui voit l’émergence d’un nombre croissant de chaînes YouTube explicitement destinées aux enfants (voir la vidéo d’Absol sur le sujet), les YouTubeuses DIY n’ont pas encore sauté le pas et assumé le jeune âge de leur audience.

 

[1] Octobre Sylvie, Les loisirs culturels des 6-14 ans, 2004, p. 279.

[2] Idem, p.57.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *