Le phénomène des tutos. Apprentissage et transmission du geste à l’heure du 2.0

Le 13 juin, j’ai été invitée à intervenir au Cube d’Issy-les-Moulineaux lors d’une rencontre Doc@Paris DIY/Tutos/Fablabs. Ma présentation portait sur le phénomène des tutos YouTube. En voici le compte-rendu.

La déferlante des tutos

Dans son édition 2016, le petit Larousse a ménagé une place à 150 nouveaux mots, dont le nom commun « tuto ». La définition nous apprend qu’il s’agit d’un « guide d’apprentissage, sur support papier ou sur internet, constitué d’instructions visuelles (photos, vidéos) montrant comment réaliser une tâche dans des domaines très variés tels que les loisirs créatifs, le bricolage, la beauté, la cuisine, la photo, etc ». Le petit Larousse prend ainsi en compte l’émergence progressive d’un phénomène spécifique, qui n’est pas celui des tutoriels (un mot qui reste attaché à son origine informatique : un logiciel permettant de se former à d’autres logiciels), mais des « tutos ».

La définition souligne quatre aspects du tuto : son but (pédagogique), le média utilisé (indifférent : papier ou Internet), le moyen employé (toujours visuel) et surtout l’objet de l’apprentissage. On constate d’emblée l’ampleur de celui-ci ; le tuto paraît pouvoir répondre à toutes les questions dans tous les domaines, ce qui explique sa forte intégration à notre quotidien. Pour savoir comment découper un ananas, visser une étagère au mur ou faire des gâteaux sans four, notre premier réflexe est souvent de nous ruer sur notre ordinateur pour poser la question à Google. Là où l’on appelait un proche, qui peinait parfois à nous expliquer la manoeuvre à distance, on se réfère à présent aux vidéos tutos, majoritairement hébergées sur YouTube.

Les Tutos de Jérôme Niel, un format court Canal+
Les Tutos de Jérôme Niel, un format court Canal+

La meilleure démonstration de l’ancrage rapide et profond qu’ont pris les tutos dans nos vies sont les nombreux détournements humoristiques qu’ils ont connu, parfois même à la télévision, comme le format court de Jérôme Niel « Les Tutos » qui arriva sur Canal+ dès 2013. Mentionnons également les très drôles « Tutotaux », un format court Arte cette fois-ci, et qui fait la critique d’un film en doublant un tuto préexistant sur la toile. À noter par ailleurs, les vrais tutos de Mad Gyver, qui ne sont pas des détournements à proprement parler mais des adaptations du genre à un mode humoristique et décalé, faisant le pari de répondre à des vrais problèmes, parfois trashs, de la vie de tous les jours.

Et pour le plaisir, cet amusant petit tweet qui date de la crue de début juin et qui témoigne de l’apprivoisement de la notion de tuto, devenue récurrente dans de nombreuses plaisanteries :

tweets-marrant-crue-paris

Les tutos DIY

Parmi cette déferlante de tutos, j’ai choisi de me concentrer sur des vidéos sélectionnées selon trois critères : elles sont toutes francophones, hébergées sur YouTube, et sont toutes des tutos dites DIY et identifiées comme tels dans leur titre. Par ailleurs, les vidéastes les ayant réalisées sont toutes femmes, ce qui n’était pas un de mes critères mais un état de fait, ce sous-genre des tutos étant quasi-exclusivement le fait de femmes.

Je me suis ainsi retrouvée avec un corpus réduit à dessein pour pouvoir analyser plus finement ces productions, en acquérant une véritable familiarité écranique avec chacune d’entre elles. Ce sont ainsi quelques trente-deux vidéos pour vingt vidéastes que j’ai sélectionnées parmi leur production récente (2015 majoritairement), et en veillant à varier le profil des YouTubeuses (afin d’avoir à la fois dans mon corpus des vidéastes millionnaires en terme d’abonnés et des YouTubeuses plus confidentielles, cumulant entre 1000 et 10000 abonnées). Je pensais ainsi faire davantage ressortir des constantes dans le sous-genre du tuto DIY.

Après exploration de mon corpus, une de ces constantes s’est avérée être le statut d’amateur autodidacte de ces jeunes femmes, qui à une exception près n’ont pas plus de formation dans l’audiovisuel que dans les loisirs créatifs/travaux manuels. En leur donnant la parole, YouTube s’inscrit dans un vaste mouvement d’empowerment des amateurs.

YouTube et la montée en puissance des amateurs

Internet apparaît en effet comme le média qui a révolutionné la pédagogie et la diffusion des connaissances et compétences, des wikis aux MOOCs en passant par les logiciels open source. Les tutos témoignent de la démocratisation des compétences (1), non seulement en offrant un format permettant un apprentissage pour quiconque muni d’une connexion internet, mais aussi en donnant à chacun la possibilité de transmettre des connaissances. Le savoir et la pédagogie à grande échelle n’est ainsi plus uniquement le lot de professionnels officiellement reconnus par des institutions comme aptes à enseigner.

On voit face à ces amateurs se frayant un passage dans le monde de l’audiovisuel se manifester une véritable panique morale (2). Les professionnels regardent avec méfiance voire agressivité ces nouveaux arrivants dont le jeune âge et le manque de formation sont discriminants à leurs yeux.

Cette révolution pose évidemment question, et il est difficile de se positionner entre un discours angélique prompt à porter aux nues cette nouvelle république où chacun aurait son mot à dire et sa pierre à apporter à l’édifice, et une harangue alarmiste dénonçant avec force et fracas un mouvement destiné à terme à tuer la culture et le savoir ; entre « sacre de l’amateur » (3) et « culte de l’amateur » (4).

Il n’en reste pas moins qu’Internet met virtuellement à la portée de tous ceux qui en sont équipés un moyen de diffusion massive des connaissances, qui se nourrit largement des apports des membres de la communauté. Des sites comme YouTube par exemple n’auraient aucune existence sans le contenu généré par les utilisateurs (le fameux user-generated content, dit UGC). Les vidéos qui y sont proposées, mais aussi les commentaires qui y sont apposés, font vivre cette plateforme.

Quels termes pour désigner ces nouveaux usagers ?

Cet investissement sans précédent des amateurs dans un média peut amener à se demander si le terme « amateur » est encore adapté pour désigner ces utilisateurs plus impliqués que jamais. Je pense pour ma part que les YouTubeurs sont parfaitement représentatifs de ces pro-ams qu’évoquent Charles Ledbeater et Paul Miller (5) : des amateurs qui se livrent à une activité selon des standards professionnels, en lui consacrant beaucoup de temps et de moyens sans en retirer de véritable contrepartie financière. Or, écrire, tourner et monter une vidéo est une activité à la fois extrêmement chronophage et très peu rémunératrice, à quelques exceptions près.

Les YouTubeurs s’inscrivent également dans une dynamique de reconfiguration des rôles permises par Internet, et qui nécessite l’emploi de nouveaux termes pour les désigner. Les termes de « spectateurs » ou « d’audience », qui insistaient sur la passivité du consommateur devant un programme télévisuel, ne conviennent plus à présent qu’il s’agit de désigner une activité C’est ainsi qu’émerge en 1980 le terme « prosumer » sous la plume d’Alvin Toffler (6), qui annonce le brouillage de la frontière entre producteur et consommateur en contractant les deux termes. Je trouve également particulièrement pertinent la démarche de José van Dijk, qui propose en 2007 le terme « You-ser » (7) pour témoigner de l’intrication entre la consommation et la génération de contenu.

Quelle légitimité pour ces amateurs ?

En visionnant et revisionnant les trente-deux vidéos de mon corpus, j’ai été marquée par la revendication de cet amateurisme par ces jeunes filles, qui loin de tenter d’obtenir un rendu professionnel et un discours de légitimation de leurs compétences, mettaient au contraire en avant leurs faux pas et leurs erreurs.

Surprise de cette démarche d’auto-dénigrement, j’y ai d’abord vu l’intériorisation de la domination masculine telle que posée par Bourdieu (7), et aggravée par le sentiment d’illégitimité pouvant découler de l’autodidaxie. Cependant, et je ne pense pas que cela soit contradictoire, j’y ai aussi trouvé une des clés du succès de ces tutos. Dans cet amateurisme et cette esthétique de l’approximation revendiqué réside d’une part la spécificité de la vidéo YouTube en tant que genre, mais également l’efficacité de ces vidéos qui sont ainsi de véritables appels à action. Le message est simple : chacun peut se lancer, l’important est de créer et de s’amuser ; de quoi décomplexer les créateurs en herbe qui n’oseraient franchir le pas (8).

Les tutos peuvent ainsi être un mode d’empowerment puissant. En partageant ses propres connaissances ou en acquérant de nouvelles, en créant des communautés puissantes où l’horizontalité et non plus la verticalité prime, les You-sers produisent leur propre identité. Ils trouvent leur plaisir en créant les menus objets de leur quotidien, en les customisant, en retrouvant des gestes oubliés ou en s’inscrivant dans une communauté de créateurs, de makers.

Du savoir-faire au savoir-être

Dans le cas des YouTubeuses que j’étudie, ce processus d’empowerment est d’autant plus intéressant qu’il concerne des très jeunes femmes et leur public, composé en grande partie de pré-adolescentes. Dans la relation complexe unissant les YouTubeuses à leur public (de grande sœur à petite sœur, entre copines, de star à fan), la vidéaste enseigne certes un savoir-faire, mais aussi un savoir-être. À travers la transmission de gestes techniques visant à réaliser des fleurs en soie ou des guirlandes automnales, elles enseignent également comment « faire la jeune fille » (9), papotent, donnent quelques nouvelles, ou donnent à entrapercevoir un univers de possibles (à quoi pourra servir cet objet si la spectatrice le réalise, avec qui elle pourra le faire, qu’est-ce qu’apportera cet objet au quotidien). Le geste devient alors prétexte à la causerie et à la rêverie, et YouTube un nouvel espace de sociabilité féminine.

Une des dernières images de la vidéo "Draw my life" de Jenesuispasjolie. Capture d'écran.
Une des dernières images de la vidéo « Draw my life » de Jenesuispasjolie. Capture d’écran.

Le récit de l’échec même (trop de peinture, mauvais outil utilisé, aide d’un proche requise) tend à être inspirant ; il évoque un autre discours régulièrement convoqué par les YouTubeuses, qui mettent en avant un réel ethos de self made women. Dans les médias, dans les « Draw My Life » (type de vidéos dans lequel la YouTubeuse dessine sa vie étape par étape, de sa naissance à aujourd’hui), elles esquissent ainsi le portrait de filles ordinaires ayant traversé des événements difficiles (deuil d’un proche, harcèlement scolaire, rupture douloureuse) avant de s’accomplir et de se trouver, le plus souvent grâce à YouTube. Sous des dehors anodins, le tuto prend ainsi les allures graves d’un récit initiatique.

Je remercie encore une fois Doc@Paris et Nicolas Beudon de leur aimable proposition, et le Cube d’avoir permis et organisé cette belle après-midi d’échanges. 

(1) J’ai eu l’occasion au cours de mon intervention de souligner le recul qu’il était bon de prendre par rapport à ce terme de « démocratisation des compétences ». Il faut bien entendu le nuancer, sachant que la possession comme la parfaite maîtrise des outils technologiques n’est toujours pas un lot commun, et qu’il existe toujours chez les fameux « digital natives » ce que Thomas Stenger définit comme une véritable fracture numérique liée notamment au milieu socio-professionnel des parents. (retour au texte)

(2) Stanley Cohen, Folk devils and moral panics, London: Mac Gibbon and Kee, 1972 (retour au texte)

(3) Patrice Flichy, Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Seuil, La République des idées, 2010 (retour au texte)

(4) Andrew Keen, Le culte de l’amateur. Comment Internet détruit notre culture, Paris, Scali, 2008(retour au texte)

(5) Charles Leadbeater, Paul Miller, The Pro-Am Revolution: How enthusiasts are changing our economy and society, Londres, Demos, 2004 (retour au texte)

(6) Alvin Toffler, The Third Wave, New York: Bantam Books, 1980 (retour au texte)

(7) José Van Dijck, Mediated memories in the Digital Age, Stanford: Stanford University
Press, 2007 (retour au texte)

(8) Pierre Bourdieu, La domination masculine, Seuil, 1998 (retour au texte)

(9) À ce propos, un participant à la rencontre a très justement insisté sur les vertus pédagogiques de l’exposition des erreurs, qui permet aux apprenants de ne pas refaire ces faux-pas ainsi mis en exergue. (retour au texte)

(10) Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire, Gallimard, 1979 (retour au texte)


3 réponses sur “Le phénomène des tutos. Apprentissage et transmission du geste à l’heure du 2.0”

  1. Il aurait été beaucoup plus intéressant de parler des tutos YouTube sur le jardinage ou la cuisine quotidienne où on se fout pas mal s’il s’agit de femmes ou d’hommes, l’important étant que l’on maîtrise peu à peu une recette de cuisine ou que les graines semées puissent donner des fleurs ou des légumes ! Quitte à revenir dessus, si quelque chose a foiré…..

    Mais bon : c’est une bonne introduction aux tutos !

  2. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *