Re-produire pour se re-connaître

« Ré-interroger nos modèles d’apprentissage et de transmission, re-penser nos manières de consommer, imaginer d’autres rapports aux autres, ré-utiliser les matériaux et objets disponibles en les détournant, en les décomposant, re-faire les choses différemment… Cette logique du « re » traverse l’état d’esprit et les modes d’action DIY » Delprat Étienne (coord.), Système DIY. Faire soi-même à l’ère du 2.0, Gallimard, Alternatives, 2013

Dans les conclusions souvent semblables de leurs vidéos Do It Yourself, les youtubeuses incitent leurs spectatrices à passer elles-mêmes à l’action, en usant le plus souvent d’un même terme, « reproduire ». Alors que les verbes évoqués par Étienne Delprat dans son ouvrage supposaient, par leur préfixe re-, une appropriation par le processus créatif, le verbe « reproduire » suppose une imitation, une restitution fidèle de l’original. Cette expression contraste avec les conseils sans cesse réitérés par ailleurs des youtubeuses, exhortant leurs spectatrices à varier les couleurs, formes et motifs de leurs créations. Mais elle reflète tout à fait l’état d’esprit de ce public tel qu’il transparaît dans les commentaires des vidéos.

Certains commentaires témoignent ainsi de l’envie des spectatrices d’avoir un objet totalement identique à celui créé par la youtubeuse :

21

12

Parfois, les spectatrices demandent même aux youtubeuses de leur fournir l’aide nécessaire à cette reproduction parfaite, en leur demandant où elles se sont procurées le matériel exigé :

526

34

Cet acte de reproduction est même parfois vécu comme une obligation par les spectatrices, inquiètes des instructions contenues dans le DIY :

1

Cette volonté de reproduction parfaite semble donc aller à l’encontre même des principes fondateurs du Do It Yourself, qui affirmait l’importance d’une activité créatrice au sein de la société de consommation. Loin d’obtenir un objet unique, l’idée est donc d’avoir le même que la youtubeuse dont on regarde les vidéos, mais également que les autres spectatrices de cette youtubeuse. Andy, de la chaîne So Andy, le constate elle-même dans son DIY « Back to School » : « Maintenant vous avez votre sac unique, avec un motif en pixels qui sera lui aussi unique… sauf si on fait toutes ce coeur, et donc on sera la team Andy et ce sera trop cool« . Le mot est très juste, et met en exergue ce phénomène de standardisation des objets Do It Yourself (sans parler du fait que l’on retrouve les mêmes DIY d’une chaîne sur l’autre, phénomène qui fera l’objet d’un prochain billet). Une des explications de cette évolution réside sans doute dans l’âge des spectatrices de ces vidéos, qui telles qu’elles se manifestent dans les commentaires, sont majoritairement des collégiennes. Elles sont donc dans une période de repli homolatique, où l’identification aux pairs est cruciale dans sa propre construction (1). Les youtubeuses fédèrent de fortes communautés autour d’elles et sont un vecteur de rassemblement, qui peut être manifesté par la réalisation d’un même objet. Certaines spectatrices sont conscientes du phénomène et s’en désolent :

28

Au-delà de l’identification au pair, il est bien entendu également question d’une identification à un modèle qui semble concentrer toutes les aspirations des plus jeunes : une grande soeur, une star, un exemple. En refaisant à l’infini les DIY générés par les doigts de ces youtubeuses offrant l’image fantasmée d’un parfait accomplissement de soi, les spectatrices s’en rapprochent ; non seulement par une complicité, le sentiment de faire partie d’une même « team », mais également par une similarité qui, de l’objet, s’étend à la personne. On peut penser au mot de Catherine Monnot : « Il faut faire comme pour devenir comme » (2).

(1) Moulin Caroline, Féminités adolescentes. Itinéraires personnels et fabrication des identités sexuées, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2005, p.10 (retour au texte)

(2) Monnot Catherine, Petites filles d’aujourd’hui : l’apprentissage de la féminité, Paris, Autrement, 2005, p.71 (retour au texte)


Une pensée sur “Re-produire pour se re-connaître”

  1. On pourrait aussi penser qu’il s’agit, pour ceux qui reproduisent, dobtenir une gratification par la réalisation de l’objet même. « J’ai été capable de faire la même chose  » devenant alors le credo recherché. Nous sommes plus dans la construction de l’estime de soi préalable à la création proprement dite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *