L’influenceuse influencée

Cette semaine, j’ai eu le plaisir d’intervenir lors du colloque Sauver les jeunes des médias sociaux ?, à l’ESPE Toulouse Midi-Pyrénées. Les échanges furent nombreux et enrichissants, et la question de l’influence des images et des productions médiatiques sur les adolescent.e.s a évidemment été au centre des interventions de bon nombre de participant.e.s, y compris de la mienne.

La façon d’appréhender cette problématique dépend évidemment largement de son ancrage disciplinaire, et j’ai été heureuse de cette occasion de me familiariser plus avant avec les travaux des sciences de l’information et de la communication, et ceux de la psychologie.

Pour ma part, ce sont des questions structurantes dans mon approche, que j’inscris dans la lignée des travaux de cultural studies qui s’interrogent sur le codage/décodage des œuvres issues des industries culturelles. Au cours de mon terrain sur YouTube des deux dernières années, j’ai eu l’occasion d’observer un phénomène étrange, qui est devenu plus prégnant au fur et à mesure que je suivais les parcours des YouTubeuses de mon corpus.

A rebours du discours médiatique attisant la panique morale autour du danger des YouTubeuses pour leurs plus jeunes spectatrices, quelques évènements m’ont interpellée sur l’impact des discours du public sur la production et même la vie des vidéastes.

Deux vidéos m’ont principalement marquée. Elles sont toutes les deux le fait d’EnjoyPhoenix, YouTubeuse aussi adorée qu’haïe, dont la figure mériterait de nombreux billets de blog à elle seule. Le 19 mai 2017 , elle publie une vidéo révélation dans laquelle elle avoue s’être totalement perdue sur YouTube, en tentant de satisfaire son plus jeune public, en demande de vidéos du type « crash test » ou « tags ». La vidéaste dit ne plus aimer sa production, ne plus avoir l’impression d’en être maîtresse, et surtout ne plus y prendre de plaisir. Dans un discours traditionnellement marqué par les théories du développement personnel, EnjoyPhoenix enfonce le clou : elle ne se reconnaît dans ce qu’elle fait.

Quelques mois plus tard, revenue à une production évoquant davantage celle de ses débuts, la YouTubeuse poste une vidéo qui pour la première fois est partagée et relayée dans des cercles très divers et extrêmement étranger à son public habituel. C’est d’ailleurs à propos de cette vidéo que de nombreuses personnes m’ont confié leur émotion et leur empathie nouvelle pour la jeune femme. Face caméra, celle-ci explique, les larmes aux yeux, le calvaire qu’elle traverse depuis deux ans. Suite à un harcèlement en ligne puissant à propos de son poids (d’autant plus dévastateur qu’il intervenait sur une ancienne victime de harcèlement scolaire), EnjoyPhoenix s’est mise à souffrir de troubles du comportement alimentaire, qui l’ont fait passer par des phases successives de boulimie et d’anorexie se traduisant par des changements de poids, à chaque fois commentés par une partie de sa communauté.

Le fait est d’autant plus marquant que les TCA sont précisément l’un des troubles qu’Internet et ses « influenceuses » sont accusés par les médias traditionnels de favoriser. D’ailleurs, EnjoyPhoenix elle-même pointe du doigt le rôle aggravateur des « fit girls », ces filles pratiquant le fitness à haute dose et partageant de nombreux selfies sur Instagram.

A plusieurs reprises, la YouTubeuse se place ainsi dans son discours comme asphyxiée par les injonctions d’autrui, en tant que spectatrice comme en tant que productrice d’images. Ce n’était pas la première fois que je constatais ce phénomène de « l’influenceuse influencée », que ce soit à la demande enjouée des vidéastes elles-mêmes (l’une effectuant un sondage sur twitter pour savoir quelle serait sa prochaine couleur de cheveux, l’autre faisant un live YouTube pour décider de sa tenue de réveillon avec son public), ou à leurs dépens. La YouTubeuse apparaît ainsi comme une véritable poupée Barbie, du fait de sa malléabilité, qui est une condition de son succès. Personnalisable, influençable, la vidéaste se dote d’accessoires ou de qualités physiques qui reflètent les demandes majoritaires de son public – autrement dit, un certain type de norme hégémonique. Même si son caractère collectif est sa condition d’existence, le pouvoir détenu par les regardeur.se.s est bien réel. Sa manifestation peut être anodine – lorsque la YouTubeuse cède enfin à ses demandes et réalise une énième vidéo Back to School – ou franchement spectaculaire – quand la police débarque chez une Marina Joyce effarée, suite aux appels insistants de ses fans (mais ça, ce serait l’objet d’une autre publication…).

Mon propos n’est en aucun cas de consolider l’idée d’une influence unilatérale, en en inversant simplement la polarité ; mais bien plutôt de souligner l’importance de parler des rapports qui existent entre les images et leurs regardeur.se.s comme d’une relation dynamique, dont l’étude nécessite des méthodologies expérimentales et une approche résolument transdisciplinaire.

Pour aller plus loin


2 réponses sur “L’influenceuse influencée”

  1. bonjour

    je vous sollicite (via le blog mais ce message n’a pas vocation à être public. J’en suis désolé mais je ne sais pas comment procéder autrement) afin d’obtenir des références bibliographiques et sitographiques relatives au travail que vous menez autour des médias sociaux. J’ai en effet assisté à votre intervention à l’ESPE de Toulouse le 22 novembre dernier et j’aimerais évoquer votre travail dans une réunion que nous organisons début février à destination des parents d’élèves de notre collège dont le titre est « les Réseaux Socio-Numériques: c’est grave docteur? ».

    Vous avez notamment cité une ethnologue qui a travaillé sur des « salons de femmes » (je ne suis pas sûr de l’expression) dans la première moitié du XXe s. et le parallèle que vous avez fait à propos des Youtubeuses me semble en effet pertinent dans une perspective dédramatisante des RSN.

    J’espère que ce sera possible et je vous remercie par avance

    bonne journée

    Gilles Gaujarengues

    Conseiller Principal d’Éducation
    Collège Armand Latour
    31160 Aspet
    tél.: 0561884080

    1. Bonjour et merci de votre intérêt !
      Lors de mon intervention à Toulouse, j’avais cité l’ethnologue Yvonne Verdier, qui a travaillé sur les grandes figures féminines d’un village (Minot, en Bourgogne) dans son ouvrage Façons de dire, Façons de faire. J’avais consacré un billet de blog aux liens que je trouvais entre les ateliers de couture qu’évoquaient ses enquêtées et les communautés virtuelles que j’étudie sur YouTube : « Faire la jeune fille », de la couturière de village à la YouTubeuse DIY
      N’hésitez pas à revenir vers moi pour plus de précisions, et bravo de vos initiatives autour de l’éducation au numérique !
      Bonne journée à vous

      Béatrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.