Qui a peur des YouTubeuses beauté ?

Photographie issue de l’article en ligne de Stratégies « Le dernier salon où l’on like »

« Les adolescentes et les médias ? C’est formidable comme sujet. C’est important que quelqu’un en parle. Je trouve cela tellement inquiétant comme phénomène, surtout aujourd’hui avec Internet ! ». C’est ainsi que l’annonce de mes sujets de recherche est salué, en des termes quasi invariants, depuis trois ans. Ce sont ces remarques qui m’ont peu à peu amenée à m’interroger, non plus sur la relation proprement dite entre les adolescentes et Internet, mais sur le regard angoissé de mes interlocuteurs.trices à propos de cette question ; angoisse qui m’a incitée à qualifier ces craintes de panique morale.

Le concept de « panique morale », qui désigne une vague éphémère d’inquiétude collective et disproportionnée, a fait l’objet de multiples critiques et réappropriations depuis sa naissance sous la plume de Stanley Cohen depuis 1972. Elle a notamment été remise en cause pour le caractère subjectif de ses caractéristiques : comment juger qu’une angoisse est démesurée par rapport à son objet (Waddington, 1986) ? C’est évidemment une question que j’ai été amenée à me poser en travaillant sur les YouTubeuses, et en me penchant sur un impressionnant corpus médiatique relayant un ensemble de craintes vis-à-vis de ces jeunes « influenceuses ». Qualifier ces mouvements d’inquiétude de la part des parents et des pouvoirs publics de « panique morale » ne revenait-il pas à les balayer comme illégitimes et risibles ?

Depuis le XIXe siècle, les relations entre les jeunes femmes et les technologies de communications suscitent de nombreuses inquiétudes, largement relayées par les médias. L’arrivée du télégraphe et son utilisation par les femmes a ainsi fait craindre qu’elles utilisent ce moyen de communication à mauvais escient, et qu’elles rencontrent des hommes par ce biais, notamment des hommes qui n’étaient pas de leur classe (Cassell, Cramer, 2008). Le transistor est accusé des pires maux lorsqu’il ne quitte plus les jeunes filles des années 1960, qui profitent de leur argent de poche pour s’offrir cet objet leur permettant de s’étourdir aux rythmes yéyés (Sohn, 2001). La télévision et ses émissions pour adolescentes comme Hélène et les garçons sont accusées de décérébrer les filles, voire de les débaucher en les faisant se focaliser sur les relations amoureuses (Pasquier, 1999). Internet et ses dangereuses YouTubeuses se situent dans la continuité de tels discours, avec des modalités qui sont propres au dispositif technique. Pour autant, un des motifs sous-jacents de ce faisceau de crainte reste une inquiétude quant aux libertés données aux filles, libertés qui pourraient remettre en cause un certain ordre social : communication avec des inconnus, construction de leur propre sous-culture, acquisition de compétences et d’espaces de parole qui leur sont propres.

Peut-on pour autant parler de panique morale, en admettant que la persistance de ces discours témoigne d’elle-même de l’inanité des craintes formulées ? EnjoyPhoenix, Sananas ou EmmaCakeCup semblent pourtant bien éloignées des jeunes garçons britanniques à l’origine des émeutes qui inspirèrent Stanley Cohen dans la conceptualisation de ses paniques morales. Au contraire, elles sont précisément dénoncées pour leur conformisme, leurs pratiques consuméristes et le support qu’elles apporteraient à la diffusion de critères de beauté hégémoniques. Apôtres du capitalisme, à la solde du grand patriarcat, les YouTubeuses seraient ainsi davantage des soutiens aux structures en place que de dangereuses perturbatrices. Pourtant, elles suscitent de fait des inquiétudes qui semblent suffisantes pour être qualifiées de paniques morales, à l’instar de celles déclenchées par les blousons noirs, les Teddy Boys et autres mauvais garçons. C’est par leur adhésion à la société de consommation que les jeunes filles aguerries aux technologies inquiètent, et non par le rejet de ses émanations.

The Beatles – Shea Stadium in New York, 15.8. 1965. | image Robert Whitaker

Mes recherches me mènent depuis quelques mois à m’interroger sur les modalités des interactions images/adolescentes, et sur la nature de ces relations. Qu’est-ce qui fait l’exemplarité d’une image, qu’elle soit fixe ou mouvante ? Pourquoi (et en quoi) une image sera-t-elle efficace ? Efficace, à savoir qu’elle remplirait un but (encourager la consommation, faire passer un message, soutenir un discours politique, etc.), et qu’elle aurait ainsi une influence sur ses spectateurs.

Je me suis alors penchée sur le profil des YouTubeuses les plus populaires en France, sur lesquelles j’ai collecté un grand nombre de données au terme de trois ans de visionnage. Il s’agit pour la plupart de femmes jeunes, issues de classes populaires. Elles sont peu ou pas diplômées. Certaines d’entre elles sont racisées et sont immigrées de la deuxième génération. Elles sont provinciales, périurbaines ou rurales. Elles cultivent une sociabilité familiale très développée (mère habitant à proximité, fréquentes visites aux parents, parfois mise à contribution des proches dans le cadre de leur activité de YouTubeuses). Elles sont d’ailleurs en couple stable depuis un âge très précoce, habitent avec leur compagnon, et ont des enfants avant 30 ans (parfois même à une vingtaine d’années, comme Jenesuispasjolie). Elles ont développé très tôt une appétence pour les activités liées à la beauté ou à la mode, qui leur a permis d’occuper un temps des emplois peu qualifiés dans le milieu avant de connaître une ascension sociale extrêmement rapide du fait des forts revenus générés par leur nouvelle activité. Elles revendiquent des goûts simples, et conseillent principalement à leurs abonnées des chaînes de fast fashion du type H&M ou Zara. Pour autant, elles présentent leur consommation, qu’elle soit alimentaire, vestimentaire ou culturelle, comme frénétique et irraisonnée.

Cet ensemble de caractéristiques explique en partie le succès de ces YouTubeuses, qui placent dans leur ethos de simplicité et leur parcours spectaculaire une grande partie de leur capital sympathie. Mais il peut également suggérer une nouvelle lecture des discours d’inquiétude quant à la mauvaise influence des YouTubeuses.

Capture d’écran – Message issu du forum Beauté-test.com

Le type de jeunes filles que je viens d’évoquer à grands traits ont une visibilité toute neuve dans les médias. En tant que femmes, elles ont souffert d’une sous-représentation dans des médias, dirigés et orchestrés par une population masculine. En tant qu’issues des classes populaires, elles n’étaient pas visibles, ou dans des représentations caricaturales vilipendant leur mauvais goût et leur conformisme. YouTube a soudain mis à la disposition de tout individu correctement équipé une visibilité jusqu’alors inédite.

Capture d’écran – Message issu du forum Beauté-test.com

Ce que craignent les parents à propos de leurs filles « accros » aux influenceuses, c’est qu’elles adoptent une mode vulgaire, qu’elles renoncent à faire des études pour devenir YouTubeuses, et qu’elles se consacrent trop tôt (par rapport à la moyenne nationale) à une vie de famille. Mais ces personnes expriment-ils une inquiétude liée à leur statut (parents) ou à leur classe (moyenne à supérieure) ? Aurélia Mardon a ainsi montré que les mères de classes populaires exprimaient très peu d’inquiétude quant à l’intérêt précoce de leurs filles pour la beauté et le soin, car ces univers pouvaient être valorisables tant sur le marché du travail que matrimonial (Mardon, 2010). En revanche, les parents de classes supérieures craignent que de tels hobbys détournent leurs filles de leurs études et les exposent à des difficultés sociales et professionnelles sur le long terme.

Capture d’écran – message issu du forum Beauté-test.com

Les jeunes filles jugées scandaleuses car elle se rendaient dans les dancings au début du XXe siècle étaient issues de milieux populaires (Thiel-Stern, 2014). Les opératrices téléphoniques qu’on soupçonnait de communiquer avec n’importe quel individu également. La panique morale qui s’empare des pouvoirs publics et des médias quant à l’irresponsabilité des YouTubeuses relève ainsi d’une peur du désordre généré par les classes populaires qui échapperaient ainsi au contrôle des élites sur elles.

Donner de nouveaux moyens de sociabiliser à des individus discriminés et souffrant d’une sous représentation dans les lieux de pouvoirs médiatiques et institutionnels, c’est ainsi ouvrir une brèche qui risque d’ébranler un ordre social bien établi. Non pas en jetant des pierres ou en roulant des mécaniques comme les représentants des sous-cultures masculines de la seconde moitié du XXe siècle (McRobbie, 1991), mais en diffusant des modes de vie et pratiques de consommation habituellement méprisés. Les angoisses exprimées à l’égard des YouTubeuses seraient ainsi révélatrices d’une société classiste qui s’inquiète de la popularité et de l’ascension sociale de transfuges devenus subitement modèles d’une génération.

Pour aller plus loin

Pasquier Dominique (1999) La Culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Editions de la Maison des sciences de l’homme (coll. Ethnologie de la France)

McRobbie Angela (1991) Feminism and Youth Culture. From Jackie to Just Seventeen, MacMillan Education LTD

Mardon Aurélia (2010) « Construire son identité de fille et de garçon : pratiques et styles vestimentaires au collège », Cahiers du Genre 2010/2 (n° 49), p. 133-154

Cassell Justine, Cramer Meg (2008) « High Tech or High Risk : Moral Panics about Girls Online ». Digital Youth, Innovation, and the Unexpected, Edited by Tara McPherson.,The John D. and Catherine T. MacArthur Foundation, Series on Digital Media and Learning, Cambridge, p. 53-75

Cohen Stanley (1972) Folk Devils and Moral Panics, Londres, Mac Gibbon&Kee

Waddington Peter A. J. (1986) « Mugging as a Moral Panic: A Question of Proportionality », British Journal of Sociology, vol.37(2), p. 239-258

Thiel-Stern Shayla (2014) From the Dance Hall to Facebook. Teen Girls, Mass Media, and Moral Panic in the United States, 1905-2010, University of Massachussetts Press

Sohn Anne-Marie (2001) Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette Littératures, 2001


2 réponses sur “Qui a peur des YouTubeuses beauté ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.